31 mai 2006

ROSA BONHEUR, UNE FEMME LIBRE

rosa_bonheur1

Pour faire un pied de nez aux Bretons qui possèdent de fabuleuses histoires de héros légendaires, j'étais partie à la recherche d'une histoire de héros sensationnel de la région bordelaise (Aquitaine, Guyenne). Je ne remettrai pas en cause ma capacité à trouver l'information sur Internet et j'affirme que Internet n'est pas assez documenté. En clair, la toile ne m'a livré aucun nom, aucune histoire fabuleuse d'un héros bordelais, attachant et bravant les ennemis ou inventant des devises (voir la nouvelle "Maitre renard : véritable muse")...
Comme  virtuellement, je n'avais rien trouvé, j'ai lancé un appel par mail à ma famille en espérant que l'un d'entre eux me dévoile un nom, une histoire, un conte réel peut-être? Les jours passèrent sans aucune réponse à mon appel... Mais un matin, j'ai reçu un message bref de ma mère : « Tu as Rosa Bonheur, célèbre peintre animalier née à Bordeaux en 1822. Sa Maison de Thomery-By près de Fontainebleau que nous devions aller visiter samedi dernier a été transformée en musée. Orsay expose une merveilleuse peinture "Le labourage nivernais". Tu as l'impression d'être devant une réalité. C'est merveilleux. »
Au premier abord, les quelques renseignements que ma mère me fournissait, ne me disaient rien de bon quant à l'éventuel « héros » légendaire dont je voulais vous parler et puis, c'est vrai, j'étais partie pour une histoire de héros et non d'héroïne (honte sur moi!!). Or, c'était, de ma part, trop vite oublier la place des femmes de son époque. Vous comprendrez très vite, en lisant son histoire, qu'à sa manière, elle a bien été une héroïne puisqu'elle a su vivre en femme libre à une époque où la femme était considérée comme juridiquement incapable.

Rosa Bonheur est  née le 16 mai 1822 à Bordeaux. Artiste, elle est considérée comme la plus grande peintre animalière du monde.  C'est son père, peintre paysagiste et professeur de dessin, qui lui  apprend très tôt la peinture, les écoles d'art n'étant pas, à cette époque, ouvertes aux filles.
A 21 ans elle expose pour la première fois au Salon de Paris et deux ans plus tard, le salon lui décerne une médaille d'or. Ses thèmes de prédilection sont les scènes des champs et de la vie rurale. En 1849, elle expose le Labourage nivernais et en 1853, avec le Marché aux chevaux, elle connaît une gloire internationale.
Rosa Bonheur a été la première femme artiste à avoir été décorée de la Légion d'honneur. Elle a reçu cette distinction des mains de l'impératrice Eugénie en 1865 et en 1894, elle est nommée officier en cet ordre.
Amoureuse de la campagne et des animaux, elle a été l'un des premiers membres de la SPA. Au sommet de sa gloire, Rosa décide d'acheter le château de By, à Thomery, qu'elle peuple d'animaux domestiques et sauvages. Elle y reçoit ses amis connus (l'impératrice Eugénie, le Colonel Codi -Buffalo Bill-) et inconnus.
Enfant, on la disait garçon manqué. Adulte, Rosa Bonheur allait à l'encontre des normes. Elle portait les cheveux courts, fumait des Havanes et montait à cheval à califourchon. Elle portait des pantalons, plus pratique pour se déplacer dans les champs, dans les foires à bestiaux et dans les abattoirs, ce qui l'obligeait à demander  à la police un permis de travestissement, renouvelable tous les six mois.
Rosa Bonheur ne se maria jamais mais elle a entretenu dès 1845 une relation amoureuse avec Nathalie Micas qui mourra en 1889. Elle rencontre alors Anna Elisabeth Krumpke, une américaine de San Francisco avec qui, elle vivra jusqu'au décès de celle-ci.
Rosa Bonheur a eu une carrière artistique glorieuse. Femme émancipée, indépendante, libre, elle a su vivre comme elle l'entendait à une époque où les femmes étaient bridées et corsetées.  A sa manière, elle a  participé à l'émancipation et à l'affranchissement des femmes.
Le musée d'art moderne de New York conserve deux toiles de Rosa Bonheur, Le marché aux chevaux et Le sevrage des veaux.
A visiter : L'atelier de Rosa Bonheur dans le Musée-Château de By, à Thomery est ouvert au public, les samedis et mercredis après-midi. On peut y admirer une toile inachevée de chevaux au galop trônant sur le chevalet.

 Vous pouvez voir dans l'article du 28 août 2006 des photos de l'atelier de Rosa Bonheur  CLIC ICI

Le_labourage_nivernais_Peinture_Rosa_Bonheur
"Le labourage nivernais" de Rosa Bonheur

Posté par lacoco à 22:09 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


30 mai 2006

LES JOLIES OIES DE CARO DU GERS

tacpr_sentation1

Petite balade en famille pour Monsieur Tac et ses enfants.

Posté par lacoco à 13:41 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

29 mai 2006

DES SCONES AU PETIT DEJEUNER

 

scones028

Ingrédients :
50 gr de beurre
2 oeufs
25 gr de sucre
200 gr de farine
2 cuillères à café de levure chimique
1 pincée de sel

Préparation :
Préchauffer le four à 260°.
Dans un saladier mélanger la farine, le sel, la levure, le sucre et le beurre mou.
Ajouter les oeufs et pétrir la pâte 5 mn.
Laisser reposer la pâte pendant une heure.
Etaler
la pâte (environ 2 cm d'épaisseur) sur une table farinée. A l'aide d'un
verre, former des cercles de 6 cm de diamètre environ et les disposer
sur une plaque de cuisson beurrée.
Enfourner pendant 10 mn.
Mon avis : vraiment très très bon!!!!

Posté par lacoco à 15:58 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

28 mai 2006

BALADE A PORNIC -LOIRE ATLANTIQUE-

 

Pornic

 

Crêperie, balade sur le port puis sur le bord de l'Océan.... De vrais touristes quoi!

 

alain

Posté par lacoco à 10:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

27 mai 2006

MON AMI FANFOUNET

20060523_02

J'aime bien les expressions de mon grand et gros chat Fanfan. Sur cette photo, il écoutait une conversation.

Posté par lacoco à 09:36 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


26 mai 2006

BISCUITS AUX FLOCONS D'AVOINE AU CHOCOLAT

biscuits_flocons_d_avoine

Un "clic" sur la photo

Ingrédients :
100 gr de farine complète
100gr de flocons d'avoine
1 oeuf
1 cuillère à café de levure chimique
50 gr de sucre roux
100 gr de beurre demi-sel mou
Nappage :
200 gr chocolat au lait
200 gr de chocolat blanc

Préparation :

Préchauffer le four à 180°.

Mettre les flocons d'avoine dans le robot électrique et réduire les flocons d'avoine en poudre.

Dans un récipient, mélanger les flocons d'avoine, la farine, la levure chimique et le sucre.
Ajouter l'oeuf et le beurre mou et pétrir à la main pendent 10 mn.
Former une boule. Mettre de la farine dans le fond d'un bol et déposer la boule de pâte. Déposer au réfrigérateur pendant 15 mn.
Au bout de ce temps, fariner la table de travail et étaler, à l'aide d'un rouleau à patisserie, la pâte qui doit avoir une épaisseur de 1 à 2 cm.
A l'aide d'un verre, former des cercles et les déposer sur une plaque de cuisson beurrée.
Cuire 15 mn, jusqu'à ce qu'ils soient dorés.

Faire fondre le chocolat blanc au bain-marie. Faire tremper la moitié des biscuits dans le chocolat et laisser refroidir sur une grille.
Faire fondre le chocolat au lait au bain-marie. Faire tremper les derniers biscuits dans le chocolat et laisser refroidir sur une grille.
Lorsque les biscuits sont froids, les mettre dans le réfrigérateur.

Ces biscuits sont vraiment excellents et doivent être servis froids!!!!!

Posté par lacoco à 13:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

24 mai 2006

MAITRE RENARD : VERITABLE MUSE

renard_de_vannes01

Le renard, sur la photo, est un renard apprivoisé par un homme qui vit à Vannes, dans le Morbihan.

Saviez-vous que "Renart" est le nom propre du Goupil dans les fables de La Fontaine ?
Avec le temps, le nom « Renard » a  remplacé le nom « Goupil ».

Le renard a la réputation d'être rusé dans le sens indigne du terme. Les fables de Jean de la Fontaine y sont pour beaucoup dans la création de ce mythe et le renard de saint Exupery, qui est plein de finesse, n'a pas réussi à supplanter le renard rusé de Jean de la Fontaine.

«Al Louarn» veut dire «renard» en Breton!!
A une époque très lointaine, les Vikings envahirent la Bretagne obligeant les chefs Bretons à s'exiler en Angleterre. Parmis ces chefs il y avait le comte de Poher et son fils Alain. C'est Alain qui, des années plus tard, de retour sur la terre de ses ancêtres, mettra fin à l'invasion Normande. C'est également lui qui donnera cette devise aux Bretons : «plutôt la mort que la souillure».

Cette devise lui a été inspirée par une scène dont il a été le témoin alors qu'il était, avec ses troupes, poursuivi par les envahisseurs Normands et bloqué par une rivière en crue et boueuse. Alain Barbe Torte assista à une scène des plus étrange. Alors qu'il était coincé entre la rivière et les Normands, il vit une hermine poursuivie par un renard. Arrivée à hauteur de la rivière, l'hermine avait le choix de la traverser pour s'enfuir ou rester et mourir. Au lieu de traverser la rivière boueuse,  l'hermine s'arrêta et fit face au renard préférant mourir que de salir sa belle fourrure toute blanche.
C'est à ce moment-là que Barbe Torte suivit l'exemple de l'hermine et lança à ses troupes : «plutôt la mort que la souillure» et se fut la déroute pour les Normands.

Autre temps, celui de l'armateur Robert Surcouf. Il a armé beaucoup de bateaux dont un cotre corsaire appelé Le Renard, dernier navire armé par le corsaire malouin. Lancé en 1812, Le Renard combattit victorieusement l'Alphéa les 9 et 10 septembre 1813. Celui que l'on considère comme l'un des meilleurs marins de France harcelait les Anglais sur les mers d'Europe et de l'Inde. Il paraît qu'après la paix avec l'Angleterre, alors qu'il dinait avec d'anciens ennemis anglais, l'un d'eux lui dit «Enfin, Monsieur, avouez que vous, Français, vous vous battiez pour l'argent tandis que nous, Anglais, nous nous battions pour l'honneur...»Surcouf lui répondit d'un ton calme : «Certes, Monsieur, mais chacun se bat pour acquérir ce qu'il n'a pas».

Posté par lacoco à 13:43 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

23 mai 2006

FANFAN ET LE VENT

fanfan_et_le_vent

On dit souvent que les chats ont peur de l'eau, or, j'ai connu des chats qui aimaient l'eau. Il y a ceux qui, assis sur l'évier, s'amusent avec le filet d'eau qui coule du robinet ou ceux qui attendent que l'on jette l'eau du bain et qui sautent dans la baignoire alors qu'il reste encore 2 cm d'eau.
Bien sûr, j'en connais aussi qui n'aiment pas ça. Une petite minette que je connais, miaule comme une folle en tournant autour des pieds de son maitre quand il pleut alors qu'elle voudrait sortir. Dès que son maitre lui prête un peu d'attention alors vite elle se dirige vers la porte d'entrer et miaule tout en le regardant. On a vraiment l'impression qu'elle lui demande de fermer le robinet parce qu'elle ne peut pas sortir!!!! C'est marrant....

En vérité, je crois que c'est du vent dont les chats ont peur.
Lorsque le vent se lève, le chat devient craintif. Plus le vent est fort et plus le chat semble tétanisé par la peur.
J'ai remarqué ce phénomène chez beaucoup de chats. D'ailleurs, les jours de grand vent, vous pouvez tenter l'expérience et courir dans votre ville ou votre village à la recherche d'un chat : vous n'en trouverez pas!
Curieux non?????

Posté par lacoco à 14:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

22 mai 2006

GÂTEAU AUX CITRONS NAPPE DE CHOCOLAT BLANC

Gâteau au citron

 Ingrédients pour le gâteau :
3 citrons
100 gr de sucre
240 gr de farine
160 gr de beurre mou
4 oeufs
1 sachet de levure chimique
200 gr de chocolat blanc (pour le nappage)

Ingrédients pour le sirop :
Jus de 2 citrons
50 gr de sucre

Préparation du sirop :
Presser 2 citrons.
Dans une casserole mettre le sucre et le jus des citrons, mélanger et faire chauffer à feu doux. Surveiller la réduction du sirop et retirer du feu. Laisser refroidir.

Préparation
du gâteau
:

Préchauffer le four à 180°C.
Réserver le zeste de 2 citrons. Presser les 3 citrons et mettre le jus dans un verre.
Mélanger le beurre mou et le sucre au fouet ou à la main.
Ajouter les oeufs, la farine, la levure, le jus et le zeste des 3 citrons.
Bien mélanger au fouet électrique.
Verser la pâte dans un moule beurré, rond. Enfourner 1/3 d'heure. Au bout de ce temps, mettre du papier aluminium sur le gâteau et continuer la cuisson pendant 20 mn. Lorsque le gâteau est cuit, le sortir du four et, sans l'ôter du moule, faire couler le sirop de citron sur le gâteau.
Sortir le gâteau du moule et le mettre sur un plat.
Napper le gâteau encore chaud de 200 g de chocolat blanc fondu au bain-marie puis mettre le gâteau au réfrigérateur.

A noter : Il faut napper de chocolat blanc le gâteau encore chaud tout de suite après l'avoir arrosé du sirop de citron. Ainsi, le chocolat blanc garde sa saveur mais possède également un goût  de citron. C'est excellent!

Posté par lacoco à 17:41 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

PHOTO DE LA SEMAINE

doudouceyoga1

Posté par lacoco à 13:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :